Front commun pour un engagement varié

Des initiatives populaires, les offices fédéraux, les secrétariats d’Etat et les parlementaires ont tenu H+ en haleine en 2018. De nombreux dossiers de politique du personnel et de la formation traités en 2017 se sont concrétisés en 2018 et seront poursuivis en 2019.

En 2018, le secteur «Politique du personnel et formation» a pu compter à nouveau sur l’excellente collaboration avec les membres des commissions techniques, avec les associations et autres organisations. Que les membres de H+ qui ont fourni de précieuses informations à l’occasion des nombreuses consultations soient vivement remerciés.

Attestation linguistique B2 pour les médecins suisses: fâcheux et inutile
Peu avant l’entrée en vigueur de l’ordonnance, l’Office fédéral de la santé publique (OFSP) a, sans crier gare, relevé les exigences linguistiques pour les médecins suisses au niveau B2. H+ considère cette mesure comme disproportionnée et souligne qu’elle entraînera des coûts inutiles pour les membres. La Fédération des médecins suisse (FMH), H+, l’Institut suisse pour la formation médicale postgraduée et continue (ISFM), la Commission interfacultés médicale suisse (CIMS) et l’Association suisse des médecins-assistants et chefs de clinique (ASMAC) se sont associés pour exiger qu’une maturité suisse soit considérée comme une attestation linguistique suffisante. A l’heure des questions, la conseillère nationale Regine Sauter a reçu une réponse négative du Conseil fédéral et a donc déposé une motion afin d’obtenir un assouplissement.

Introduction du temps de travail annualisé et suppression de l’obligation d’enregistrement du temps de travail
L’initiative parlementaire du conseiller aux Etats Konrad Graber prévoit d’introduire des modèles flexibles de temps de travail annualisé alors que celle de Karin Keller-Sutter propose d’abolir l’obligation d’enregistrement du temps de travail pour le personnel spécialisé disposant d’une large autonomie dans l’organisation de son travail. H+ a suivi de près ces propositions et a collaboré au sein du groupe «Droit du travail» de l’Union patronale suisse (UPS). Dans une enquête, les membres de H+ ont indiqué clairement que ces deux solutions étaient pertinentes pour certains collaborateurs.

Mise en œuvre de l’initiative contre l’immigration de masse
Le bricolage législatif qui a résulté de l’initiative «Contre l’immigration de masse» est entré en vigueur à mi-2018. Les demandeurs d’emploi ont reçu un délai préférentiel d’une semaine pour se présenter à des places figurant sur des listes obsolètes de la Confédération. Au sein du groupe «Droit du travail» de l’UPS, H+ a demandé au Secrétariat d’Etat à l’économie (SECO) de revoir ces listes.

Honoraires des médecins et égalité salariale
Avec l’outil gratuit «Logib» de la Confédération, les membres de H+ peuvent mener l’analyse de l’égalité salariale inscrite dans la loi par le Parlement à fin 2018. Il sera alors bien difficile de mettre le doigt sur ces «honoraires indécents» que les assureurs maladie et l’OFSP ont dénoncés dans les hôpitaux également. Les discussions vont se poursuivre en 2019 et H+ entend bien apporter la preuve que ses membres ne versent pas des salaires exorbitants et qu’ils paient les femmes aussi bien que les hommes.

Initiative populaire «Pour des soins infirmiers forts»
H+ rejette l’initiative populaire «Pour des soins infirmiers forts», en particulier un ratio infirmières-patients et une convention collective nationale pour le personnel soignant. Avec une alliance des associations d’employeurs du secteur de la santé, elle s’engage en faveur d’un contre-projet indirect comprenant les points suivants, qui rencontrent aussi un intérêt au sein du comité d’initiative:

  • Prescription autonome des prestations infirmières
  • Amélioration de la rémunération des situations requérant des soins complexes et accrus, par exemple en cas de démence, de handicap, de fin de vie, etc.
  • Financement complet des coûts durant la formation

Stratégie Formation professionnelle 2030 de la Confédération
Avec sa stratégie Formation professionnelle 2030, la Confédération veut apporter des réponses aux nombreuses questions relatives à l’avenir des formations. Au sein de l’UPS et avec l’OdASanté, H+ s’est engagée sur les rôles et l’influence des organisations du monde du travail (OrTra) dans la loi sur la formation professionnelle, en particulier dans le domaine des professions de la santé, dans le développement du système, dans le financement et ainsi que dans la formation professionnelle au niveau national. Le Secrétariat d’Etat à la formation, à la recherche et à l’innovation (SEFRI) s’efforce d’accroître son influence et entend traiter les OrTra en exécutantes des ordonnances. La dissolution des commissions fédérales de l’éducation montre que le partenariat ne joue plus un grand rôle. H+ entend se défendre contre cette évolution en 2019 également.

Commission technique Formation médicale (FKäBi)
H+ et quelques membres de la Commission technique Formation médicale (FKäBi) se sont engagés en 2018 également au sein de l’Institut suisse pour la formation médicale postgraduée et continue (ISFM) et dans le cadre de la plateforme «Avenir de la formation médicale» de l’OFSP.

Contact


Jürg Winkler

Chef de projet Politique du personnel et de la Formation