Marge de manœuvre réduite pour H+

La structure tarifaire imposée début 2018 par le Conseil fédéral pour la physiothérapie ambulatoire est toujours en vigueur. Les propositions de révision n’ont pas été écoutées.

Durant l’année écoulée, les membres de H+ ont appliqué la structure tarifaire imposée par le Conseil fédéral – avec tous les problèmes qu’elle comporte. L’Office fédéral de la santé publique (OFSP) a exigé des partenaires tarifaires qu’ils le tiennent régulièrement au courant des progrès enregistrés dans la révision du tarif. Ces avancées se sont limitées à des discussions bilatérales, mais H+ et curafutura ont été informées au cours de l’exercice des raisons qui avaient conduit à l’échec de la demande d’approbation du tarif qu’elles avaient soumis ensemble en 2016.
Selon l’OFSP, c’est une foule de petits détails que les partenaires tarifaires auraient pu corriger au prix d’un effort modéré. Les partenaires tarifaires ne partagent pas cette analyse: les «petits détails» dépendaient de relevés de données dont le coût important devait être financé exclusivement par les fournisseurs de prestations.

Investissement important sans reconnaissance
H+ va vérifier si les membres peuvent assumer ces investissements, respectivement s’ils le souhaîtent – étant entendu que les critères d'appréciation ne sont ni sûrs ni clairement présentés par l’OFSP. Dans le domaine des structures tarifaires ambulatoires en particulier, la collaboration des hôpitaux et leur dilligence dans la fourniture des données n’ont pas été reconnues par les partenaires tarifaires ou par la Confédération.
Au printemps 2018, H+ et physioswiss ont remis au Conseil fédéral séparément, mais en se coordonnant sur le contenu, des propositions de révision de la structure tarifaire en vigueur. La réponse s’est avérée décevante: les partenaires sont invités à soumettre une proposition de structure en commun.

Contact


Markus Tschanz

Responsable technique Tarifs et Réadaptations