SwissDRG SA choisit une nouvelle orientation

En été 2018, SwissDRG SA a décidé que la nouvelle structure tarifaire pour la réadaptation devrait être centrée avant tout sur les prestations. L’impact est énorme sur le relevé des données par les cliniques.

Malgré la très bonne qualité des données, qui avait permis de développer la structure ST Reha 0.5 centrée sur les degrés de sévérité, SwissDRG SA a décidé de réorienter le projet: pour classer les groupes tarifaires, elle veut accorder nettement plus de poids aux soins prodigués. Elle se fonde en cela sur les bases légales qui impliquent, selon elle, une corrélation plus étroite entre les prestations et l’algorithme de groupement. Comme les données des prestations 2018 ne sont pas disponibles, SwissDRG SA ne peut pas encore soumettre pour approbation une structure tarifaire applicable. Pour les cliniques qui livrent des données depuis des années, c’est fâcheux, voire frustrant. Il convient néanmoins de poursuivre le développement reposant sur des données.

Données des prestations nécessaires
La nouvelle direction choisie par SwissDRG SA repose avant tout sur les données des prestations. Celles-ci peuvent être saisies sur la base de la classification des interventions CHOP 2019, qui inclut pour la première fois les prestations de base et supplémentaires de la réadaptation. Les documents définitifs pour le relevé des données n’ont été disponibles qu’à la fin du mois de décembre 2018. Comme les cliniques doivent adapter leurs systèmes informatiques, elles n’ont pas toutes pu démarrer le relevé des données dès le 1er janvier 2019. Au printemps 2020, des changements concerneront en outre le traitement des données 2019 en raison notamment du nouveau regroupement des cas de la réadaptation.

La définition de la réadaptation reste à clarifier
On ne dispose pas encore d’une définition de la réadaptation stationnaire qui soit acceptée par toutes les parties prenantes. Ce problème a été abordé à plusieurs reprises en 2018. A l’initiative de la Conférence active de la réadaptation, H+ a développé le document de référence DefReha©. La version 2.0 précise maintenant aussi les prestations minimales. Elle offre désormais une base bénéficiant d’un large soutien à l’interne afin que l’ensemble des acteurs puisse s’entendre sur une définition de la réadaptation stationnaire. Le débat est urgent et devra concilier des intérêts divergents.
H+ examinera en 2019 si les prestations minimales définies dans DefReha© 2.0 grâce à des enquêtes auprès d’experts peuvent être plausibilisées ou, dans le meilleur des cas, vérifiées au moyen de prestations réellement fournies – avant tout avec les minutes de prestations des dernières années.

Contact


Markus Tschanz

Responsable technique Tarifs et Réadaptation